Soirée à Hebbel Am Ufer : M!M

Le soleil réchauffe l’atmosphère de la capitale lorsque je me rends à HAU 1, voir l’oeuvre chorégraphique M!M de Laurent Chétouane, metteur en scène et chorégraphe français vivant en Allemagne.

« M!M » confronte un duo de performeurs, Matthieu Burner et Mikael Marklund, au thème de l’amitié. Ceux-ci proposent, sur la musique du concerto pour violon de Beethoven (Concerto pour violon en ré majeur, Op. 61), une interprétation non pas du sentiment privé, mais de son possible usage politique, soit en tant que motivation éventuelle à un travail en commun. Les deux danseurs exploitent ensemble l’espace de la scène, le partageant ou le divisant. Il leur faut tenir compte de l’état d’esprit du partenaire, réagir à l’ambiance dans le public, à la musique : une réinterprétation de l’organisation d’une vie en communauté, avec ses différences et dans un espace partagé, d’une « démocratie » pour dépassant les conflits.

Après la représentation, le metteur en scène Laurent Chétouane vient répondre aux questions du public, ainsi qu’à celles, quelque peu embrouillées, d’un universitaire aux cheveux fous et blancs, du nom de Franz Anton Cramer. Un pull sur les épaules de sa chemise blanche, ce dernier nous avoue n’avoir pas lu le « bon » livre de Derrida, et s’être fourvoyé dans Politique et amitié, un livre d’entretiens avec Michael Sprinker où il est question de Marx et d’Althusser. A ses côtés, le chorégraphe se tire de ses questions avec grâce et en allemand.

L’œuvre est le résultat d’une commande de TRANSFABRIK, un projet de coopération franco-allemand. Celle-ci est tombée à pic pour Laurent Chétouane, qui s’interrogeait précisément sur les motivations possibles à un travail en commun. Ainsi, la lecture de Derrida, Politiques de l’amitié, l’inspire et l’accompagne au cours du processus de création. Ce sera son point de départ dramaturgique. L’œuvre peut alors être lue comme une mise en scène l’amitié franco-allemande, une amitié politique.

Quant à la musique, si l’idée de départ du chorégraphe était d’introduire un peu de dissonance dans cette harmonie par le biais d’Alban Berg, le hasard a voulu qu’il tombe sur le concerto pour violon de Beethoven, qui lui a tout de suite semblé parfait. Des recherches complémentaires ayant montré que Beethoven y avait suivi les règles françaises de composition pour la mélodie du violon, alors que l’orchestre y suit un modèle plus allemand, il s’agissait du morceau idéal pour incarner l’amitié franco-allemande. Le concerto constitue donc le fond musical sur lequel se développe l’intrigue amicale.

Et pour ceux qu’intéresse une vision moins idyllique des relations entre politique et amitié, le roman de Michael Roes Geschichte der Freundschaft, entrecoupé de passages théoriques, montre les rapports conflictuels du pouvoir avec le sentiment privé.

A voir :

http://liveweb.arte.tv/de/video/Transfabrik_MM/

A écouter :

BEETHOVEN, Concerto pour violon en ré majeur, Op. 61.

A lire :

DERRIDA, Jacques, Politiques de l’amitié. Editions Galilée, 1994, 432 p., prix : 37.50€, ISBN : 9782718604381.

http://www.editions-galilee.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=2780

http://www.transfabrik.com/projet/

ROES, Michael, Geschichte der Freundschaft. Roman. Matthes & Seitz, 2010, 208 p. 22,90€, ISBN-13: 9783882215342.

http://www.goethe.de/ins/fr/bor/prj/lit/111/aad/roe/frindex.htm

Pour ceux qui veulent se fourvoyer :

DERRIDA, Jacques, Politique et amitié – Entretien avec Michael Sprinker autour de Marx et d’Althusser. Editions Galilée, 2011, 144 p., prix : 23,30€, ISBN : 9782718608419.

http://www.editions-galilee.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=3336

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s